Centre de téléchargement

  • Etats financiers
    37 pages
  • Rapport annuel
    45 pages

Activités

Découvrez le quotidien et les métiers des collaborateurs de l’ECA au travers de l’actualité 2018.

  • Experte en cartographie
  • Chargé inspections incendie
  • Chargée de support aux communes

Prévention

L’ECA poursuit son renforcement en matière de prévention dans le domaine des incendies et des éléments naturels, relevons ici: des ajustements organisationnels avec l’engagement de nouveaux experts, la mise en place de nouvelles conventions et la validation par le Conseil d’Etat d’un fonds d’encouragement à la prévention éléments naturels.

Lire plus
  • 2’030

    permis de construire, transformer et rénover examinés par les experts de l’ECA

  • 10 millions de francs suisses

    de soutien financier confirmé aux communes pour la modernisation ou l’extension des infrastructures d’alimentation en eau d’extinction et de boisson

  • Près de 11’000 personnes

    ont été sensibilisées aux dangers du feu et à la prévention grâce à l’exposition interactive du Centre de formation de l’ECA, aux cours de sensibilisation avec simulateurs et aux formations

Prévention des incendies

Le service prévention incendie a connu quelques changements d’organisation en 2018. En effet, les responsabilités dans le domaine de la prévention incendie ont sensiblement évolué ces dernières années suite à la publication des nouvelles directives incendie en 2015. Celles-ci ont conduit à la nécessité d’un accompagnement plus important des différents acteurs de ce domaine. Les missions ont ainsi été reconsidérées, en mettant davantage l’accent sur le conseil, l’orientation client et la gestion des risques.

Le service prévention incendie est désormais composé de deux groupes:

  • Le groupe conseils et autorisations dont la mission principale est de gérer le risque conceptuel, notamment valider la plausibilité, la complétude et la compréhension des dossiers de protection incendie mis à l’enquête. Il garantit ainsi que les nouveaux bâtiments entrant dans le portefeuille assuré de l’ECA répondent bien à un objectif de protection adéquate;
  • Le groupe contrôles et inspections dont la mission est de gérer le risque en exploitation, notamment valider et réceptionner les projets d’installations techniques et évaluer le niveau de risque des bâtiments en exploitation. Ce groupe s’occupe également du support aux communes. L’objectif est de garantir, à long terme, un niveau de sécurité acceptable sur l’ensemble du portefeuille assuré et d’identifier, si possible, les objets présentant des dérives importantes pouvant conduire à des situations de risque, notamment en termes de sécurité des personnes.

Le groupe conseils et autorisations a traité une moyenne de 129 dossiers par mois pour un total de 1’547 dossiers dont:

  • 65 % correspondent à un degré d’assurance qualité 1 (dossiers ne nécessitant pas l’intervention obligatoire d’un bureau spécialisé en protection incendie)
  • 35 % correspondent à un degré d’assurance qualité 2 (23 %) ou 3 (12 %) (dossiers nécessitant obligatoirement l’intervention d’un bureau externe reconnu en matière de protection incendie).

Les inspecteurs de la police du feu (IPF) et les chargés d’inspection (CIN) ont effectué plus de 300 visites dans le cadre de la mission ECA d’inspection des bâtiments sous convention avec les services de l’Etat, notamment en ce qui concerne les crèches et garderies pour l’Office d’accueil de jour des enfants (OAJE) et les colonies et internats pour le Service de protection de la jeunesse (SPJ), les établissements spécialisés et socio-éducatifs placés sous la surveillance du Service de prévoyance et d’aide sociale (SPAS) et les établissements médico-sociaux et homes sous l’égide du Service des assurances sociales et de l’hébergement (SASH). Des actions ponctuelles d’inspection ont également été réalisées au profit d’autres services de l’Etat ainsi que pour des bâtiments présentant un risque potentiellement accru, ou à la demande d’exploitants et chargés de sécurité.

Les contrôleurs de systèmes de sécurité incendie (CSSI) quant à eux, outre la prise en charge des dossiers en lien avec de nouvelles installations sprinkler et détection incendie, se sont plus particulièrement focalisés sur l’analyse des dossiers de remise en état d’installations existantes, notamment dans le cadre de la nécessité de révision générale des 20 ans des installations sprinkler conduisant à plus de 80 réceptions sur site. 

Le service contrôles et inspections a également examiné des groupes de bâtiments à risque particulier dans le cadre d’une phase pilote. Cette dernière vise à tester une méthodologie d’inspection «proportionnée», permettant d’accepter la non-conformité d’un bâtiment tout en garantissant un niveau de sécurité suffisant.

Une nouvelle convention d’inspection a été signée entre l’ECA et l’OAJE et entre l’ECA et le SPJ, en mars 2018. Cette convention intègre des principes d’inspection proportionnée, à savoir la possibilité de maintenir en exploitation des bâtiments non conformes au plan constructif, moyennant des mesures spécifiques, principalement dans le domaine organisationnel. D’autres services de l’Etat ont fait part de leur intérêt pour une telle approche.

L’ECA renforce son soutien aux communes dans le but de leur faciliter l’application des prescriptions de protection contre l’incendie. A ce titre, une nouvelle collaboratrice, chargée du support aux communes, a débuté son activité au 1er janvier 2018. Elle est à disposition des communes pour fournir des conseils techniques.

Au premier semestre 2018, huit demi-journées de formation ont été spécifiquement dédiées aux communes sur des thèmes techniques d’actualité comme les mesures constructives, techniques et organisationnelles relatives au parcage de véhicules. Par ailleurs, l’ECA a organisé un module test auquel ont participé 12 communes : du dossier de mise à l’enquête à la délivrance du permis de construire, les communes ont pu s’exercer à réceptionner un dossier de permis de construire et à traiter un dossier de compétence cantonale ou communale.

Près d’une vingtaine de dossiers d’ingénierie ont été traités en 2018. Il s’agit de projets intégrant des méthodes de preuves sur la sécurité incendie, basées sur des modèles de calcul et/ou de simulation, et présentant des degrés de complexité importants en matière de désenfumage ou de résistance au feu des structures porteuses.

Il est à relever que de plus en plus de dossiers intègrent une double approche «désenfumage/évacuation» permettant de vérifier par simulation que les temps et conditions de désenfumage offrent aux personnes présentes la possibilité de quitter les lieux en toute sécurité. Cette approche a l’avantage de laisser une grande liberté au concepteur dans l’aménagement de son projet de construction dès lors que la sécurité peut être démontrée.

Prévention des éléments naturels

Le service prévention éléments naturels poursuit son renforcement avec l’arrivée d’un deuxième expert en prévention. Cet engagement fait suite à la forte augmentation du nombre de dossiers de permis de construire consécutive à la publication des cartes de dangers par l’Etat de Vaud. La volonté d’orienter les prestations sur la gestion du risque ont également mené à l’engagement d’une spécialiste en système d’information géographique. Cette nouvelle compétence permet une meilleure connaissance du portefeuille et d’orienter les actions selon une analyse de risque spatialisée.

Le nombre de demandes d’autorisations spéciales de construire en zone de danger s’est stabilisé en 2018 après plusieurs années de forte augmentation. Ce fait est notamment dû à la publication des cartes des dangers naturels fournies maintenant dans leur intégralité à toutes les communes vaudoises (270 communes concernées). Elles fixent les territoires dans lesquels toute demande de permis de construire est soumise à autorisation spéciale de l’ECA. Le service a ainsi traité près de 1’600 dossiers de demandes de construire localisés en zone de danger selon la cartographie cantonale.

La proposition au Conseil d’Etat visant la création d’un fonds d’encouragement à la prévention éléments naturels a été validée le 31 octobre par ce dernier. Le fonds, basé sur l’article 74 LAIEN et développé avec la collaboration technique de la HEIG-VD, ouvre la voie à l’ECA à des prestations de participation au financement de mesures de prévention mises en place par les propriétaires, dont le coût/efficacité est avéré. En parallèle à la validation législative du projet de règlement, une analyse est en cours afin de cibler les modalités d’exploitation du fonds et de la prestation de conseil aux assurés.

Bien que le risque sismique ne soit pas assuré par l’ECA, ce dernier joue, depuis une dizaine d’années, un rôle moteur en faisant réaliser, par un bureau d’ingénieurs, des cartes de microzonages sismiques spectraux dans les régions à forte densité urbaine. Ces cartes, à disposition des maîtres d’ouvrages et des ingénieurs, permettent une meilleure prise en compte de l’aléa sismique dans les projets de construction. Afin de considérer le nouvel aléa publié en 2018 par le service sismologique suisse, mais aussi de conserver une haute qualité de ses produits, l’ECA a fait procéder à une mise à jour de l’ensemble des spectres issus des microzonages sismiques établis sur le canton de Vaud. A noter qu’il s’agit d’une mise à jour exceptionnelle, l’aléa étant réévalué tous les dix à quinze ans.

Formations spécialisées et sensibilisations grand public

En 2018, environ 11’000 personnes ont suivi les cours de sensibilisation incendie donnés par les guides et instructeurs au Centre de formation de l’ECA ou dans les entreprises. Cela représente plus de 5’000 heures de formation.

Environ 6’000 personnes ont visité l’exposition interactive du Centre de formation ECA basée sur les dangers du feu et des éléments naturels.

En plus de ces démarches didactiques et de sensibilisation, proposées au grand public et aux entreprises, l’ECA s’est associé à 12 manifestations et comptoirs régionaux, soit un total de 138 «journées» de visibilité, pour diffuser des messages de prévention qui ont touché plus de 19’000 personnes. Il a notamment été l’invité d’honneur au Comptoir d’Echallens du 31 octobre au 4 novembre. Par ailleurs, un nouveau véhicule «stand manifestation», modulable, a été mis en service cette année.

La nouvelle formation de base pour les architectes et planificateurs (2 jours), lancée en 2017, a connu un grand succès. Cette formation a été créée en collaboration avec l’ECA du Jura et le soutien de la SIA Vaud. Elle a été dispensée à 4 reprises. Afin de répondre au mieux aux besoins des planificateurs, sa forme sera prochainement modifiée et intégrera les éléments naturels.

L’ECA, dans son rôle de coordinateur du groupe de formation latin (FR, GE, JU, NE, TI, VD et VS) a aussi organisé 9 journées de formation continue, dont certaines décentralisées dans les cantons partenaires. Ces journées ont réuni plus de 400 spécialistes de la sécurité incendie. Elles ont intégré un retour d’expérience de l’Ecole des sciences criminelles de l’Université de Lausanne.

Une journée de formation continue dédiée et réservée aux responsables communaux (AVIATCO) en protection incendie a aussi été organisée en septembre.

Par ailleurs, ont été dispensés: cinq cours de chargé de sécurité, des interventions aux cours de spécialistes et experts en protection incendie, ainsi que des formations «métier» destinées aux branches de la restauration (GastroVaud), du métal et du chauffage. Les collaborateurs du service prévention incendie ont aussi activement participé en tant qu’experts aux examens des candidats au brevet et au diplôme fédéral en protection incendie délivré par le SEFRI (Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation).   

Participations financières

L’ECA accorde des soutiens financiers pour les réseaux d’eau (construction d’ouvrages, extension et renouvellement de conduites) utiles pour la défense incendie, ainsi que pour certains équipements techniques de protection contre l’incendie (sprinklers, paratonnerres, détecteurs d’incendie, matériel de secours privé, murs coupe-feu).

Les travaux de modernisation et de renforcement des réseaux d’eau se poursuivent à un rythme soutenu sur l’ensemble du canton. Les allocations promises par l’ECA en 2018 pour la modernisation et l’extension des infrastructures concernant l’eau d’extinction des incendies et de boisson se sont chiffrées à 10 millions de francs suisses, en légère augmentation par rapport aux trois années précédentes.

Concernant les équipements techniques de sécurité, l’ECA a alloué cette année 1,25 million de francs suisses, notamment pour les installations sprinkler, de détection incendie et les équipements de protection contre la foudre.

Télématique

Outre les tâches courantes de maintenance et d’administration des systèmes en lien avec l’ancien réseau cantonal d’alarmes (RCA), le service télématique a ciblé ses travaux sur le projet ProSDIS lié au développement et à la mise en œuvre d’un nouveau Centre de traitement des alarmes (CTA-118) et du système d’aide à l’engagement associé (SAE).

La mise en place des équipements de sécurité et de haute disponibilité du centre de calcul d’Echallens, ainsi que l’implémentation de la redondance des infrastructures informatiques et de transmission (Radio – Paging) ont été finalisées en cours d’année. Ce nouveau centre de calcul fonctionne «en binôme» avec celui de Pully. Les deux centres sont liés par des fibres optiques privées via deux cheminements physiquement séparés, conformément aux exigences de haute disponibilité et de sécurité.

L’ECA travaille actuellement à une redéfinition de ses processus de transmission des alarmes automatiques ainsi qu’à une adaptation aux évolutions normatives de ces dernières années, plus particulièrement en matière de transmission IP. Il œuvre aussi afin que ce domaine soit ouvert en termes de marché.

En 2018, un certain nombre de développements ont été faits en matière de systèmes de communication. Il peut être relevé, entre autres, le développement d’un véhicule de commandement équipé d’une technologie de pointe au niveau des systèmes de communication (radio, téléphonie, internet, wifi et partage d’information) ainsi que le développement d’un réseau de télécommunications numérique.

  • Equipe PROSDIS
  • Equipe renforts civils
  • Inspecteur cantonal
  • Collaborateur technique

Défense incendie et secours

Dans le domaine de la défense incendie et secours, les tempêtes et les orages qui ont balayé le pays ont nécessité de faire appel au dispositif de renforts pour le CTA-118. Par ailleurs, d’importants projets ont été menés à bien en cours d’année, comme le remplacement du logiciel d’aide à l’engagement (ProSDIS) ou encore  l’analyse des risques pour la Fête des Vignerons.

Lire plus
  • 5’101 sapeurs-pompiers

    volontaires actifs dans le canton de Vaud (654 femmes), dont 2’609 appartiennent aux détachements de premiers secours et 2’492 aux détachements d’appui

  • 9,1 millions de francs suisses

    investis pour le renouvellement des véhicules, des engins et du matériel mis à disposition des corps de sapeurs-pompiers

  • 26’650 appels d’urgence

    parvenus au Centre de traitement des alarmes (CTA-118)

Aspects législatifs et organisationnels

Des travaux ont débuté en 2017 pour adapter la législation du domaine de la défense contre l’incendie et de secours (LSDIS), notamment en matière de révision des tarifs d’intervention liés au déclenchement intempestif de systèmes de détection incendie. Le Conseil d’Etat a adopté, dans sa séance du 31 octobre 2018, le projet de modification de la LSDIS destinée à revoir les modalités de facturation des cas de fausses alarmes. En complément, la révision propose d’élargir le nombre maximal de membres au sein de la Commission consultative en matière de défense contre l’incendie et de secours afin d’intégrer un représentant de la Direction générale de l’environnement pour traiter des missions des sapeurs-pompiers dans le domaine de la lutte contre les pollutions. Ce projet de modification légale est actuellement en cours de traitement au niveau du Grand Conseil.

Dans le cadre des travaux d’optimisation des moyens et des effectifs de l’agglomération lausannoise, la commission de coordination (constituée des municipaux en charge du domaine, d’un préfet et d’un représentant de l’ECA) et la commission opérationnelle (réunissant les commandants des SDIS concernés et l’inspecteur régional DIS) poursuivent les travaux préparatoires au déploiement de l’organisation choisie. La Ville de Lausanne a reçu le mandat d’adapter son organisation interne en conséquence. Le résultat des travaux lausannois devrait être connu d’ici à la fin 2019.

Les 10 communes de l’Association Sécurité Riviera ont lancé courant 2018, en collaboration avec l’ECA, une réflexion afin d’optimiser le fonctionnement de l’organisation de la défense contre l’incendie et de secours sur leur territoire. Ces réflexions sont accompagnées par le directeur de la division défense incendie et secours, l’inspecteur cantonal et un mandataire externe.

L’Inspectorat cantonal, en qualité de coordinateur du domaine de la défense incendie et de secours, s’est activé à la préparation sécuritaire de la Fête des Vignerons 2019, sous la conduite du SSCM (Service de la sécurité civile et militaire du canton de Vaud) et en partenariat notamment avec la police, la santé publique et les organisateurs de la manifestation. L’analyse de risque réalisée dans ce cadre a permis de fixer les moyens de défense contre l’incendie et de secours à déployer.

Prestations opérationnelles

En 2018, 26’650 appels d’urgence sont parvenus au CTA-118. Il a généré 6’800 mobilisations, soit autant qu’en 2017.

La répartition des mobilisations est la suivante:

  • 30 % des interventions ont été déclenchées pour des causes diverses et techniques;
  • 19 % pour des feux;
  • 24 % pour des inondations (les deux événements mentionnés ci-dessous ont fortement augmenté la proportion annuelle des inondations (18 % en 2017));
  • 12 % pour des cas de pollution;
  • 12 % pour des sauvetages de personnes et d’animaux;
  • 2 % pour des désincarcérations;
  • 1 % pour des interventions chimiques.

Tempête Eleanor: celle-ci a balayé la France puis la Suisse du 4 au 5 janvier 2018. De fortes pluies ont succédé à des vents violents menant à plus de 400 interventions pour chute de matériaux et inondations dans le canton de Vaud. Le CTA-118 a réceptionné plus de 1’300 appels sur ces 2 jours.

Déluge sur Lausanne: le lundi 11 juin 2018 à 23h00, un orage particulièrement violent s’est abattu sur la région lausannoise accompagné de pluies diluviennes. Rapidement, les demandes de secours ont afflué au numéro d’urgence 118. En moins de dix minutes, l’ECA a enregistré 179 appels, puis 666 en moins d’une heure. Au plus fort des événements, douze collaborateurs desserviront le plateau opérationnel du CTA jusqu’au mercredi 13 juin. En 48 heures, 3’581 appels auront été réceptionnés générant plus de 650 interventions.

La Fédération vaudoise des sapeurs-pompiers, soutenue par l’ECA, a mené sa campagne cantonale de recrutement comme à l’accoutumée le 1er jeudi de novembre. Cette campagne est renforcée, comme en 2017, par une action de parrainage récompensant les sapeurs-pompiers en activité qui auront présenté des recrues arrivées au terme de leur formation de base. 573 nouveaux pompiers ont ainsi pu être recrutés.

Les engagements des sapeurs-pompiers, consécutifs à un déclenchement intempestif d’un système de détection incendie (fausse alarme), représentent près d’un quart des engagements annuels. Ces nombreux dérangements ont un impact négatif, non seulement sur la charge des sapeurs-pompiers volontaires, mais aussi sur l’image de l’activité renvoyée à leurs employeurs. Cette situation péjore l’acceptation des entreprises à libérer leur personnel pour des missions sapeurs-pompiers pendant leurs heures de travail, alors que cela permettrait de renforcer les effectifs des volontaires en journée. Afin de limiter sensiblement le nombre de leurs engagements consécutifs aux fausses alarmes, un certain nombre de mesures ont été prises. Parmi celles-ci, une procédure de levée de doute a été initiée en janvier 2017 et un contre-appel du CTA-118 au référant désigné par le propriétaire du bâtiment ou l’exploitant est systématiquement effectué avant de mobiliser les sapeurs-pompiers. Cette mesure a permis de diminuer en 2018 d’un tiers les mobilisations inutiles dues à ce type d’alarmes.

Prestations logistiques

Au 31 décembre 2018, l’ECA était propriétaire de: 

  • 308 véhicules
  • 276 containers modules berces
  • 514 remorques

Dans le cadre du renouvellement annuel des véhicules et engins standardisés que l’ECA finance et confie aux corps des sapeurs-pompiers du canton, les dotations 2018 ont concerné:

Quantité, type et modèleSDIS bénéficiaires
9 tonnes-pompes de 2’000 litres intégrant un système de lance perforante «Cobra» Etraz Région (Rolle) / Vallée de Joux (Le Chenit) /
Broye-Vully (Payerne) / Chablais (Aigle) /
Pays-d'Enhaut (Château-d'Œx) /
Oron-Jorat (Oron) / SDISPO (Orbe) /
Alpin (Leysin) /
Alpin (Les Diablerets)
4 véhicules porteurs de modules sur berceVenoge Région (Penthalaz) / Ste-Croix / Pied de la Côte (Sainte-Croix) / Morget (Morges) / Broye-Vully (Payerne)

Au total, les livraisons effectuées en 2018, doublées d’une formation systématique des utilisateurs, ont entraîné un investissement de 9,1 millions de francs suisses.

 

 

La mise en production du nouveau système d’aide à l’engagement (SAE) s’est effectuée dans la nuit du 25 au 26 juin 2018. A noter que le périmètre couvert par le projet ProSDIS est plus large que la seule partie liée aux activités du CTA-118. De nouvelles fonctionnalités avancées destinées à optimiser la planification et l’engagement des ressources, ainsi qu’à simplifier leur gestion administrative, ont également été intégrées au système.

Du point de vue technique, la mise en production a été complexe. Cela a particulièrement concerné la mise en place des mesures indispensables au haut niveau de sécurisation d’un système ouvert, notamment sur internet. La complexité des flux de données entre les nouveaux modules et les modules existants, ainsi que le déploiement de nouveaux outils à l’usage des intervenants, tels les tablettes dans les véhicules et pour les chefs d’intervention, le quittancement via le smartphone, ont augmenté la difficulté des opérations. Les infrastructures de gestion des tablettes, destinées au guidage des véhicules d’intervention et au support pour les chefs d’intervention, ont toutefois pu être mises en service dans les délais prévus, tout en préservant l’objectif d’optimisation des coûts de fonctionnement de ce produit.

Toujours en lien avec ce projet, l’ECA a pris en charge l’automatisation complète de l’engagement des sapeurs-pompiers professionnels de Lausanne. Cela a mobilisé de nombreuses compétences en matière de contrôle d’accès, vidéosurveillance, domotique et supervision.

Grâce à l’engagement des collaborateurs de plusieurs entités de l’ECA, des fournisseurs et des corps de sapeurs-pompiers vaudois, le fonctionnement du système a été stabilisé et les principaux problèmes rencontrés ont été corrigés dans le courant du 2e semestre 2018.

Formation cantonale

Le catalogue des cours cantonaux proposés aux sapeurs-pompiers vaudois regroupant, entre autres, des formations spécifiques axées sur la lutte contre le feu et les éléments naturels, est en constante adaptation. En 2018, l’accent a par exemple été mis sur l’utilisation des véhicules tonnes-pompes équipés de lances perforantes cobra ou encore sur le déploiement des nouveaux barrages «portefeuille», ainsi que les barrières de protection mobiles contre les inondations.

Par ailleurs, deux caissons à feu réel sont dorénavant opérationnels sur le site de la Rama. Ces caissons reproduisent fidèlement les conditions rencontrées en intervention. Ils permettent également d’expliquer efficacement les interactions de l’ensemble des composants sur le développement et les différents types de feu. Ces modifications des infrastructures ont induit des adaptations conséquentes des cours cantonaux en 2018.

Environ 4’060 sapeurs-pompiers ont participé aux cours de base, d’avancement et de perfectionnement dispensés par 155 instructeurs, ce qui représente une quarantaine de formations différentes organisées et financées par l’ECA.

Neuf nouveaux instructeurs vaudois ont par ailleurs obtenu leur attestation fédérale décernée par la Coordination suisse des sapeurs-pompiers (CSSP).

 

Une convention pour l’extension des infrastructures du site de formation de la RAMA – propriété commune de l’ECA et de la Ville de Lausanne mise à disposition des sapeurs-pompiers – avait été signée avec la Ville de Lausanne en juillet 2017. Ce projet, appelé RAMA II, permettra notamment d’héberger l’actuelle piste d’exercice des porteurs d’appareils respiratoires. Celle-ci doit déménager de son emplacement actuel à la Grangette, le bâtiment étant voué à une autre affectation dans le cadre du projet de construction du nouveau siège de l’ECA. Le projet RAMA II a donc pu être lancé dans le courant de l’année; le dossier de mise à l’enquête du bâtiment est en cours. Les travaux de Rama II sont menés conjointement entre l’ECA et la Ville de Lausanne, dans le même esprit de collaboration que celui qui a prévalu pour Rama I.

  • Expert en sinistres
  • Estimateur grands comptes
  • Responsable clientèle assurance
  • Equipe assurance

Assurance

L’année se caractérise par une sinistralité élevée dans le domaine des éléments naturels. La charge totale annoncée de sinistres se monte à 110 millions de francs pour près de 18’000 demandes d’indemnité. La division assurance a poursuivi son évolution dans la modernisation des agences et la mise en place d’une nouvelle organisation.

Lire plus
  • 643’562 polices

    Bâtiment: 209’987
    Mobilier: 433’575

  • 17’053

    estimations de bâtiments effectuées par 140 spécialistes

  • 10 incendies

    ont entraîné des dégâts supérieurs au million de francs suisses chacun

Evolution du capital assuré et des primes annuelles

Au 31 décembre 2018, le portefeuille comprend 209’987 polices, accusant une hausse de 0,77 % par rapport à 2017. Le capital immobilier assuré se monte à 258,7 milliards de francs suisses, en progression de 1,71 %. 5’478 bâtiments sont en cours de construction, en diminution de – 3,9 % en comparaison à la moyenne des cinq années précédentes. Le montant des primes calculées croît de 1,61 % pour atteindre 168,4 millions de francs suisses. Le taux de prime moyen de 0,65 ‰ reste identique depuis 2004. Pour sa part, le complément d’assurance bâtiment «Côté Cour Côté Jardin» concerne 121’333 polices, en croissance de 3,3 % par rapport à l’année précédente.

Toutes catégories mobilières confondues (ménages, industrie, artisanat, métiers de la terre, moyens de transport), le nombre de polices s’établit à 433’575 (+ 1,24 %) pour un capital assuré de 88,1 milliards de francs suisses, en progression de 0,68 % par rapport à 2017. Les primes calculées (+ 0,88 %) représentent 64,4 millions de francs suisses.

Parts du portefeuille d’assurance

Parts (en %)Capital Primes
Bâtiments
(y compris les couvertures complémentaires et facultatives)
74,6 72,3
Mobilier
(sans les coassurances, ni les assurances temporaires)
25,4 27,7

Estimation des bâtiments

Les 11 commissions d’estimation des bâtiments (CEB), fortes de 140 spécialistes des constructions mandatés par l’ECA, ont procédé à 17’053 estimations en 2018, contre 17’811 en 2017. Cette baisse de 4,26 % est due à une priorisation temporaire des tâches dans les agences sur d’autres activités stratégiques. 
Les commissions sont rattachées aux agences ECA situées dans l’ensemble des régions du canton. Il appartient aux estimateurs de fixer pour chaque bâtiment une valeur d’assurance actualisée. Elle garantit à son propriétaire une indemnisation adéquate en cas de dommage total ou partiel.

Prestations d’assurance

Afin de faire face aux défis qui attendent l’assurance dans les années à venir, une nouvelle organisation matricielle a été introduite début décembre 2018. Elle permettra d’améliorer la proximité clients, de poursuivre l’évolution digitale et d’améliorer encore la performance. L’accent est particulièrement mis sur la création de valeur ajoutée pour le client au travers notamment du conseil et de la prévention. Dans ce contexte, divers projets stratégiques ont également été lancés dont la création d’une hotline 0800, gratuite pour les clients, avec une mise en œuvre prévue en 2019.

Indices

L’indice des bâtiments demeure inchangé à 125 points.
L’indice du mobilier de ménage demeure inchangé à 114 points.

 

 

 

Sinistres

Durant l’année 2018, 17’980 demandes d’indemnité de sinistre ont été annoncées à l’ECA (dont 6 % pour des dommages survenus les années précédentes), contre 8’604 au 31 décembre 2017 (+ 109 %). La charge annoncée de sinistres se monte à 110 millions de francs suisses (dont 2,2 % pour des dommages survenus les années précédentes), contre 70 millions de francs suisses en 2017 (+ 57,7 %).

*Observation de l’ensemble des dossiers enregistrés y compris les dossiers refusés et sans suite.

La charge totale des incendies enregistrés en 2018 (dont 1,5 % pour des dommages survenus les années précédentes), tenant compte des dégâts de la foudre, s’est chiffrée à 48,5 millions de francs suisses, en baisse de 17,7 % par rapport à 2017.

Quant au nombre des dossiers ouverts au cours de cet exercice concernant des sinistres survenus en 2018, il s’inscrit à 2’687, en baisse par rapport à l’année précédente (- 13 %).

Dix incendies ont coûté 20 millions de francs suisses. A eux seuls, ils représentent 42 % de la somme des dommages survenus dans l’année.

Nombre d’incendies ayant causé des dégâts supérieurs au million de francs suisses: (états réactualisés chaque année)

2018 2017 2016 20152014 20132012 20112010
10 14 7 9 8 12 13 8 9

 

En 2018, 10 incendies ont causé des dégâts supérieurs au million:

LieuMontant du dommage (en millions de francs suisses)
Moulin d’Yverdon-les-Bains (probablement lié à la surchauffe d’une machine)6,1
Bâtiment rural et agritourisme à Granges-près-Marnand (cause électrique)2,4
PPE à Montmagny 2,8
Immeuble à Chesières1,9
Rural avec habitation à Suchy (court-circuit)1,4
Chalet sur trois niveaux à Château-d’Œx (cause électrique) 1,2
Deux ruraux avec habitation et deux bâtiments d’exploitation à Arnex-sur-Orbe1,2
Immeuble locatif avec café-restaurant à Vevey1,2
Habitation avec plusieurs appartements à Echandens (cigarette mal éteinte)1,1
Villa à Glion1,0

 

La charge totale des sinistres éléments naturels enregistrés en 2018 (dont 2,8 % pour des dommages survenus les années précédentes), s’est chiffrée à plus de 60 millions de francs suisses en progression de 455,7 % par rapport à 2017.

Quant au nombre de dossiers ouverts au cours de cet exercice concernant des sinistres survenus en 2018, il s’inscrit à 15’033, en nette hausse par rapport à 2017 (185 %).

 

Prestations au bénéfice du Canton et des communes (montants payés) en matière de prévention et de défense incendie et secours

 Nombre de dossiers ouvertsMontant des dommages (en millions de francs suisses)
Tempête Eleanor/Burglind sur le canton (janvier)4'01511
Multiples inondations dans le canton (janvier)3821,5
Inondations dans le nord du canton (mai)562 3,3
Multiples inondations à Lausanne, périphérie et canton (juin)4'075 32