Centre de téléchargement

  • Etats financiers
    37 pages
  • Rapport annuel
    45 pages

Finances

  • Gérante technique service immobilier

Editorial financier

L’année 2018 a été une année capricieuse, tant sur le front de la sinistralité que sur celui des marchés financiers. Le résultat de l’exercice 2018 demeure toutefois satisfaisant au regard des événements, avec un bénéfice net de 1 million de francs suisses.

Editorial financier complet
  • 1 million de francs suisses

    résultat net

  • 27,4 millions de francs suisses

    investissements dans l’immobilier

  • – 2,04 %

    performance des placements, toutes classes d’actifs confondues

L’ECA établit ses comptes conformément au référentiel Swiss GAAP RPC et en application des recommandations spécifiques à sa branche (RPC 41).

L’année 2018 dégage un bénéfice net de 1 million de francs suisses, après mouvements de provisions et attribution du résultat.

La charge financière des sinistres, nets de réassurance, atteint un montant de 102 millions de francs suisses, soit le double de l’année précédente et bien au-dessus de la moyenne historique. Le coût des dommages liés aux incendies est demeuré stable, alors que celui des dommages liés aux éléments naturels s’est envolé. C’est la conséquence des ouragans, inondations et tempêtes de neige survenus durant le premier semestre, avec, comme point d’orgue, l’orage qui s’est abattu sur Lausanne le 11 juin et qui a occasionné à lui seul plus de 30 millions de francs suisses de dommages. Le seuil des 50 millions de francs suisses a été rapidement atteint, ce qui a permis de faire appel à la réassurance qui couvre les dommages éléments naturels à 90 %, dès que ce seuil est atteint. Par ailleurs, c‘est le premier exercice pour lequel la provision pour fluctuation actuarielle a été partiellement utilisée; ainsi l’impact à court terme de la volatilité des risques actuariels a pu être atténué sur l’exercice sous revue.

Les participations financières de prévention progressent légèrement. Les projets de réseaux d’eau sous pression ont ainsi fait l’objet de plus de demandes de la part des municipalités ou des associations. L’année 2018 a également vu la poursuite des études pour la mise en œuvre des projets stratégiques de prévention éléments naturels. Un premier pas a été franchi par la création d’un fonds d’encouragement alimenté à hauteur de 2 millions de francs suisses cette année.

Les participations financières de défense incendie et de secours sont en légère diminution par rapport à l’année passée. Les subventions pour les locaux SDIS dépendent de l’avancement des travaux de construction des casernes par les communes, pour lesquelles la demande a été particulièrement faible en 2018, contrairement à l’année précédente.

Dans le contexte du déploiement du plan stratégique 2016-2020, les charges d’exploitation sont contenues. Le coût de la poursuite du plan stratégique représente 3 millions de francs suisses pour l’année 2018, identique à 2017. Il est toutefois inférieur de moitié à ce qui était prévu, en raison de la révision et du report de certains projets, suite à l’ajustement de la stratégie.

Les placements financiers n’ont pas apporté les résultats attendus. Ils ont affiché une performance négative globale, la première depuis 2011, de – 2 %, largement inférieure à l’excellente performance de 7,5 %, réalisée en 2017. En termes de contribution à la performance globale, l’immobilier suisse et le private equity sont les seuls actifs dont les contributions sont positives, alors que les plus fortes contributions négatives sont à mettre au compte des actions. Ce résultat médiocre a pu être atténué grâce à l’utilisation de la provision pour fluctuation des placements de capitaux, conformément à nos principes comptables.

Les annexes aux comptes, dans le document «Etats financiers», fournissent des informations détaillées sur le résultat financier et ses différentes composantes.

Le conseil d’administration exerce les compétences définies à l’article 3a de la LAIEN. Il a notamment pour attribution de définir la politique générale de l’ECA et de prendre les mesures nécessaires à l’accomplissement du but défini par la loi. Il est chargé de la haute direction et en assume la responsabilité. En 2018, il a tenu six séances en plenum et plus de vingt séances de délégation ou de commission pour une rémunération totale de 289’333 francs suisses*. Le conseil d’administration est composé d’un président et de huit membres nommés par le Conseil d’Etat pour une durée de quatre ans.

Le comité de direction est composé du directeur général et de six membres. Sa rémunération nette se monte à 1’321’891 francs suisses. Le directeur général est nommé par le Conseil d’Etat sur proposition du conseil d’administration tandis que les directeurs sont nommés par le conseil d’administration sur proposition du directeur général.

*Les indemnités versées aux administrateurs Jacqueline de Quattro et Jean-Yves Pidoux sont reversées respectivement à l’Etat de Vaud et à la commune de Lausanne.

Dans le contexte du développement des activités de construction, ainsi que la taille croissante du patrimoine immobilier, l’ECA a initié en 2018 une actualisation des outils de travail et des processus, tant financiers que techniques dans le domaine de l’immobilier. Ce projet qui est un objectif prioritaire se développera en 2019.

Les restrictions introduites en matière d’aménagement du territoire conduisent à une raréfaction du terrain disponible pour de nouveaux projets. L’ECA cherche à préparer l’avenir tout en se profilant comme un acquéreur potentiel éthique et responsable. Cette préoccupation anime par ailleurs tous les niveaux de décision de l’Etablissement.

Les activités de l’immobilier se sont intensifiées en 2018 suite à l’aboutissement du processus de développement de plusieurs projets de construction et à l’avancement d’autres projets de valorisation:

  • Lausanne, rue de Menthon: le permis de construire est entré en force en juillet. La démolition des bâtiments existants durant l’automne a fait apparaître les vestiges d’une partie du mur d’enceinte de la cathédrale. Ceux-ci ont pu être intégrés et préservés. La phase de construction du nouvel immeuble, abritant 14 logements et 2 surfaces commerciales, a débuté avec pour objectif une mise en location au printemps 2020.
  • Château-d’Œx: les travaux ont pu commencer au printemps 2018 et le chantier se déroule dans d’excellentes conditions. Celles-ci ont permis une avancée des travaux sans retard: la charpente devrait être posée en début d’année 2019. Deux immeubles comprenant 33 logements seront ainsi livrés au printemps 2020.
  • Lausanne, terrain du Désert: le dépôt de la mise à l’enquête a été effectué le 20 février 2018 et le permis est entré en force le 7 janvier 2019. Le projet prévoit 70 logements et 3 surfaces commerciales, dont une garderie et un espace santé qui prendront place au rez-de-chaussée. Les travaux de terrassement sont prévus pour le printemps 2019, pour une mise en location début 2021.
  • Bex, Bex-Jardins: l’importante réalisation d’un quartier de 84 logements répartis en 5 immeubles est pratiquement finalisée. Les 4 premiers immeubles sont en location et le dernier le sera en début d’année 2019. La qualité des logements mis à disposition est de très haut niveau. A ce jour, 30 baux sont signés et la commercialisation est intensifiée. Son succès déterminera la planification des constructions de la deuxième étape, comprenant 57 logements supplémentaires et dont le PPA (plan partiel d’affectation) est entré en force cet automne.
  • Moudon, terrain de la Colline du Fey: la valorisation de ce terrain par la réalisation d’un ensemble EMS dépendant de soutien étatique et de logements protégés n’a pas abouti. Le projet n’entrait pas dans le cadre des priorités de la politique actuelle de l’Etat de Vaud en matière de soutien aux EMS. Il est donc abandonné et la réalisation de logements mise en attente. Cependant, le terrain au bénéfice d’un PPA en force depuis 2 ans permet à la Municipalité de Moudon de planifier son développement. Ainsi, au printemps 2019 une étude sur les potentiels sera livrée à la demande du Canton, ce qui permettra un échange sur les attentes et besoins de la région en matière de construction.
  • Yverdon-les-Bains, Parc scientifique et technologique (PST): ce dernier connaît depuis la fin de l’année 2017 un regain d’intérêt. L’implantation de nouvelles sociétés s’est concrétisée en 2018 par des ventes ou des promesses d’achat. Les constructions de Sylvac et Incyte sont en cours, et les réalisations de Technocity, Perret-Gentil Rey et Associés et Crissimmob sont imminentes. D’autres promesses sont en route, telles que l’UPSA pour la réalisation d’un centre de formation, ou la Caisse de retraite professionnelle de l’industrie vaudoise de la construction pour la réalisation du futur parking en silo. Pour 2018, ces ventes et promesses représentent au total une surface de 68’600 m2. Sur les 520’000 m2 de surface initiale, il reste 187’000 m2 à vendre pour partie desquels divers prospects ont manifesté de l’intérêt. Cette nouvelle dynamique augure d’un rapide développement du site avec la création de nombreux emplois.
  • Lausanne, regroupement des activités de l’ECA sur le site de la Grangette (ECAVENIR): ce projet est en pleine activité de gros œuvre et suit son cours selon la planification. Le bâtiment devrait être hors d’eau en septembre 2019, pour une livraison fin 2020 et un déménagement début 2021. La pose de la première pierre a eu lieu le 18 septembre. Outre le Centre de traitement des alarmes (CTA-118), le nouveau bâtiment accueillera l’ensemble des centrales d’urgence du Canton (117 et 144), ainsi que le poste de commandement (PCO) de l’Etat-major cantonal de conduite (EMCC).

En parallèle, la revalorisation de l’actuel centre de formation de la Grangette fait l’objet d’une stratégie de mise en valeur.

  • Pully, «Chamblandes-Dessous»: la revalorisation du site actuellement occupé par le siège de l’ECA, libéré dès le déménagement vers la Grangette début 2021, a fait l’objet d’un concours dont le lauréat est le bureau Bakker & Blanc Architectes et associés avec l’excellent projet «GALOTTA». La Ville de Pully peut dès lors développer le plan de quartier «Chamblandes-Dessous», sur la base du projet retenu qui viendra s’insérer dans la légalisation du site. Le processus devrait durer 2 ans, soit jusqu’au départ des activités de l’ECA. La réalisation de 70 logements ainsi que de 2’000 m2 de surfaces administratives ou de services pourrait ainsi débuter en 2021.

Pour conclure, plus de 27 millions de francs suisses au total ont été investis dans les activités immobilières en 2018, soit plus du double de l’année passée, reflétant l’intensification des activités immobilières sur l’année. Les placements immobiliers directs (hors fonds immobiliers) représentent ainsi 464 millions de francs suisses contre 430 millions de francs suisses l’année passée.

Les événements géopolitiques qui ont jalonné l’année 2018 (Brexit, budget italien, effondrement de la lire turque et surtout guerre commerciale entre Pékin et Washington) ont fini par affecter la confiance des marchés. Ainsi, au terme d’une année sans tendance établie, les marchés boursiers ont fortement corrigé en décembre.

Sur le plan macro-économique, la croissance mondiale s’est avérée solide en 2018. Les premiers signes de décélération de l’activité ont néanmoins commencé à fleurir en fin d’année, l’économie mondiale étant confrontée à un durcissement des conditions monétaires, à une baisse de prix des matières premières et aux tensions commerciales. Aux Etats-Unis, le marché de l’emploi est robuste et l’inflation modérée, mais l’activité manufacturière ralentit en raison de la faiblesse de la croissance étrangère et de la force du dollar. Les effets bénéfiques des baisses d’impôts s’amenuisent et les résultats des sociétés pourraient en pâtir. En Chine, le ralentissement se confirme mais le gouvernement a déjà pris des mesures de relance.

Après avoir fluctué tout au long de l’année dans une fourchette étroite de +/- 1 %, la performance des actifs de l’ECA a finalement décroché en décembre pour s’arrêter à – 2,04 %. En termes relatifs, la performance nette de l’ECA est légèrement en retrait de la performance théorique de la stratégie qui affiche – 1,52 %. En faisant abstraction de l’immobilier, la performance des valeurs mobilières est de – 4,65 % pour l’année 2018, ce qui représente une perte nette de 52,4 millions de francs suisses.

En termes de contribution à la performance globale, l’immobilier suisse et le private equity sont les seuls actifs dont les contributions sont positives, alors que les plus fortes contributions négatives sont à mettre au compte des actions. En termes de performance absolue, le meilleur actif est le private equity qui progresse de 9,90 %, suivi de l’immobilier avec + 5,29 %, tandis que les actions suisses et étrangères perdent respectivement 8,65 % et 9,47 %. Les matières premières réalisent la plus mauvaise performance (- 14,84 %) mais le poids relativement faible de cet actif en réduit d’autant l’impact sur la performance globale.

En observant les performances sur un horizon plus long, on constate que les actifs gérés ont largement contribué à la santé financière de l’ECA. En effet et malgré l’année 2018 négative, les performances cumulées sur 3 et 5 ans sont de 8,3 % respectivement 15,8 %, autrement dit, une performance annuelle moyenne de 2,7 % sur 3 ans et de 3 % sur 5 ans.

La valeur cible des provisions est calculée dans le cadre d’une analyse d’Asset & Liability Management (ALM) basée sur les propres données historiques statistiques de l’ECA. Cette analyse a été révisée cette année en intégrant les données des années 2016 à 2018.

Ainsi, afin de couvrir les risques liés aux dommages dus aux incendies et aux éléments naturels d’une part, et ceux inhérents aux marchés financiers d’autre part, l’analyse a évalué le besoin de réserve à 2 ‰ de l’ensemble des capitaux assurés par l’ECA, contre 1,99 ‰ en 2017. Elle doit permettre de couvrir les coûts d’un événement majeur dont la survenance est exceptionnelle (survenance 1 fois tous les 400 ans).

Compte tenu de la forte sinistralité en 2018, conjuguée à une perte enregistrée sur les placements de capitaux, et conformément aux principes comptables de l’ECA, les deux provisions ont été complétées à hauteur des valeurs cibles dans un premier temps, puis dissoutes en partie pour absorber l’écart à leurs bornes situées à un écart type de la moyenne sur 15 ans.

L’organe de révision Ernst & Young SA a effectué un contrôle intermédiaire des comptes ainsi que le contrôle de l’existence du Système de Contrôle Interne (SCI) du 22 octobre au 2 novembre 2018.

L’audit final des comptes annuels, comprenant le bilan, le compte de résultat, le flux de trésorerie, le tableau des capitaux propres et l’annexe, a été réalisé du 28 janvier au 8 février 2019. La révision a conclu à la conformité des comptes, selon les normes d’audit suisse 890 et les exigences de la recommandation spécifique à la présentation des comptes des assureurs maladie et incendie (RPC 41).

Bilan du 31 décembre 2018

(en milliers de francs suisses)
 
 
2018
2017
Actifs immobilisés
Placements de capitaux 
1'523'638
1’556'260
Immobilisations corporelles 
48’704
47'574
Immobilisations incorporelles 
10’358
10'284
   
1’582'700
1’614'119
Actifs circulants
Actifs de régularisation 
3'313
1'578
Créances 
18'772
14'414
Liquidités 
85'043
84'925
  
107'128
100'917
Total de l'actif
   
1'689'828
1'715'036
Capitaux propres
Réserves provenant de bénéfices accumulés 
703'652
620'101
Résultat net de l'exercice  
961
83'552
  
704'613
703'652
Actifs circulants
Provisions techniques 
130'218
126'546
Provisions techniques pour fluctuation et sécurité 
502'573
534'847
Provisions non techniques 
36'693
36'447
Provisions pour risques liés  aux placements de capitaux 
295'607
293'859
Passifs de régularisation 
6'411
3'929
Fonds cantonaux de secours routier, ferroviaire et ABC 
5'921
5'773
Dettes 
7'792
9’981
  
985'215
1'011'384
Total du passif
  
1'689'828
1'715'036

Evolution du poste placements de capitaux au bilan entre 2017 et 2018

Placement de capitaux (en millions de francs suisses)

20172018
Total placements de capitaux1'5561'524
Placements immobiliers468504
Valeurs mobilières1'0881'020
 

 

Valeurs mobilières
(en millions de francs suisses)

2017 2018
Obligations CHF307297
Obligations ME7471
Actions CH268241
Actions ETR268240
Private Equity7378
Hedge Funds8178
Commodities1714

Valeurs immobilières
(en millions de francs suisses)

2017 2018
Terrains non bâtis3832
Immeubles en construction5786
Immeubles d'exploitation2529
Immeubles de rendement310316
Fonds immobilier CH53
Fonds immobilier ETR3337

Compte de résultat

(en milliers de francs suisses)
 
 
2018
2017
Produits des primes nettes de réassurance
Produit des primes, hors DTF, avant participation aux excédents 
234'759
231'161
Participation non contractuelle aux excédents 
-34'822
-22'950
Primes de réassurance 
-21'401
-21'348
 
178'536
186'863
Charges des sinistres nets de réassurance
Sinistres incendie 
-49'507
-48'594
Sinistres éléments naturels 
-60'119
-8'488
Participation des réassurances 
7'762
958
 
-101'863
-56'124
Variation des provisions techniques pour fluctuation et sécurité
Variation provision pour Pool suisse des dommages sismiques 
-439
-710
Variation Fonds vaudois tremblement de terre 
4'099
-16'001
Variation provision pour fluctuation actuarielle  
28'615
-8'783
 
32'275
-25'493
Prestations et subventions de prévention et de défense incendie et secours
Prestations et subventions de prévention 
-14'375
-11'796
Prestations et subventions de défense incendie 
-30'130
-32'154
Contribution des compagnies privées d'assurance 
436
308
 
-44'069
-43'642
Participation non contractuelle aux excédents
 
34'822
-11'883
Produits divers d'exploitation
 
10'063
8'538
Prélèvement sur Fonds cantonal secours routier, ferroviaire et ABC 
3'988
4'145
Charges cantonales de secours routier, ferroviaire et ABC 
-3'988
-4'145
MARGE BRUTE DES MISSIONS DE l'ECA
 
109'763
58'259
Charges d'exploitation
Charges de personnel 
-42'223
-40'080
Charges des locaux 
-4'099
-4'380
Charges d'équipements et de véhicules 
-467
-505
Charges d'informatique 
-7'858
-7'725
Autres charges 
-9'349
-8'155
Amortissements des immobilisations corporelles et incorporelles 
-8'616
-6'973
 
-72'612
-67'818
RÉSULTAT TECHNIQUE
 
37'152
-9'559
Produits des placements de capitaux
Produits des titres et autres placements de capitaux 
53'053
142'832
Produits des placements immobiliers 
47'763
31'477
 
100'816
174'309
Charges des placements de capitaux
Charges des titres et autres placements de capitaux 
-105'428
-46'271
Charges des placements immobiliers 
-27'408
-9'649
 
-132'836
-55'920
Variation de la provision pour risques liés aux placements de capitaux
 
-1'748
-6'549
Résultat placements de capitaux
 
-33'768
111'840
RÉSULTAT D'EXPLOITATION
 
3'384
102'281
Résultat exceptionnel
 
-108
-16'415
RÉSULTAT AVANT CONTRIBUTION SPÉCIALE
 
3'276
85'867
Contribution spéciale à l'Etat de Vaud
 
-2'315
-2'315
RÉSULTAT NET DE L'EXERCICE
 
961
83'552